Beysil

cartes\Beysil.jpg plans\Beysil.jpg

Le pays de Beysil est un pays très boisé, affilé à Félénis par le traité de la grande guerre depuis ses débuts, et qui est situé en plein milieu du grand continent de Lothran, sur la rive est. Il est dirigé par le consulat de sa capitale : Sylve. C'est un pays centram au culte de Gaia, et le seul pays au monde dans lequel on trouve encore des peuplades Fées et Centaures. Les habitants de Beysils sont nommés les Basilois.

Ce pays est très important pour le commerce maritime sur Memtis, car le port de Sylve et la voie mise en place avec la ville de Franc-Passage fait de cet axe l'une des premières routes commerciales entre Lotrhan et les autres continents de Memtis.

L'histoire du pays

Avant la guerre

Le pays de Beysil tel qu'il existe aujourd'hui n'est que très récent, et ne date que de moins d'un millénaire, mais de nombreuses choses se sont passées entre temps.

Cette terre abrite la forêt sacrée d'Akhil, endroit magique où la nature elle même est capable d'user de magie et où des miracles peuvent apparaître. En effet, Gaia eut besoin de planter son premier arbre de vie quand elle devint une déesse, afin de puiser dans la magie de Memtis, et c'est à cet endroit qu'elle le planta. Cette forêt pendant les anciennes ères s'entendait jusqu'a l'actuel désert de Qvill. Le pays abritait l'ancienne société antique : Les Akharis. Ce peuple était constitué de nombreuses races, majoritairement Eyrien et Centaures. Construisant de glorieuses cités, et usant de magie comme rarement cela était possible sur Memtis, ils avaient un rayonnement culturel incroyable et était considérés comme la capitale du monde. Lothran, le nom du continent, viens d'ailleurs du nom de la cité principale Akharienne.

Quand lors de l'âge sombre, Qvill et les Akharis furent détruits par les dragons, la forêt sacrée à l'est du fleuve survécu, et devint le dernier vestige de ces anciens bois. Les centaures et Eyriens qui y vivèrent continuèrent alors à y vivre et à protéger les lieux.

Mais entre -300 et -275, des colons venant du sud du continent commencèrent à déboiser la forêt sacrée pour étendre la route commerciale et créer un port de marchandise à l'est. Cela contraria fortement les habitants de la forêt qui commencèrent de nombreuses escarmouches pour repousser les opposants. Ces colons arriverons tout de même à percer leurs défenses et à fonder la ville de Sylve, qui deviendra la capitale du pays qu'ils nomment Beysil.

Si de nombreus conflits éclatent pendant les siècles qui suivent, c'est pendant la grande guerre des alliances que la guerre se déclare officiellement. Par chance, elle n'eut pas le temps de faire beaucoup de victimes ici, Ithris comprennant rapidement l'importance de préserver la forêt sacrée d'Akhil, lieu de l'arbre de vie originel de Gaia. Un compromis est rapidement trouvé : En échange de leur aide pour la guerre à venir, un tracé définitif des frontières entre la forêt et la zone habitable par les habitants de Sylve et de ses principautés sera entendu. Ainsi, centaures, eyriens et Sylviens se joignent au combat d'Ithdris contre l'ennemi.

Après la guerre

Après discussions avec le conseil de Félénis afin de cadrer pour de bon la situation de Beysil, un accord est entendu entre les centaures et les colons : Beysil deviendra un pays officiel de l'alliance, à condition qu'un envoyé de la forêt d'Akhil puisse participer au conseil de Sylve, autorité politique actuelle du pays, et que Beysil s'engage à préserver et protéger la forêt. En contrepartie, les habitants de la forêt s'engagent à cohabiter cordialement avec eux. Fragilisés par la guerre, Syvle accepte cet arrangement.

la route commerciale que Beysil mettra alors en place lui permettra d'éclipser Qvill et Velum en terme d'influence et de trafic, encourageant par esprit purement mercantile, la bonne tenue de cette entente. Cela permis d'ailleurs au culte de Gaia de refaire de la forêt un lieu de pelrinage, autrefois difficile à causes des tensions permanentes dans le pays.

La forêt sacrée d'Akhil

La forêt sacrée d'Akhil est unique en son genre sur Memtis, est est un lieu chargé d'une grande magie bienfaitrice, alimentée par l'arbre de vie originel de Gaia planté au sein de la forêt actuelle. Possédant une faune et une flore incroyable, il n'est pas rare d'y trouver des espèces uniques qui font la curiosité des érudits.

Politiquement parlant, bien que rattachée par le traité de l'Alliance à la ville de Sylve, et au pays de Beysil par extension, la forêt s'auto gère de manière tacite en totale autarcie. Bien que de nouvelles races la peuple, étant majoritairement habitée par des centaures, ce sont les clans de ces derniers qui gèrent le pays. Toute la forêt est animée par un fort esprit religieux dans le culte de Gaia, ainsi, généralement le chef de la forêt, ou le clan qui gère la forêt est celui qui garde l'arbre de vie de Gaia. Il s'agit actuellement du clan Cèdre.

La culture de ces lieux est très tribale, la transmission étant majortairement faite à l'oral, et la forêt servant certes à faire vivre les habitants de la forêt, mais ces derniers ayant adopté une loi de l'équilibre naturel pour éviter d'en dérégler la biosphère. Ne doit être chassé, pris ou ceuilli, que ce qui doit servir à nourir, abriter, soigner. Ni plus, ni moins.

On ne recense qu'une seule ville dans la forêt, celle du clan Cèdre : Jalarra, car en effet les petis villages bougent régulièrement en fonction des saisons ou des mouvements des clans.

C'est au pied de l'arbre de vie de Gaia qu'a été construit le temple de Vorin, lieu ultime du culte de Gaia, ou siège, encore endormi, l'ancien avatar de la vie, qui protège à jamais sa déesse.

La zone colonisée

Suite à l'accord entendu au moment de la signature du traité, la zone colonisée, nommée zone administrative de Beysil, s'étends sur toute la partie nord-est et sud du territoire. Elle comprends les villes de Sylve, Tulis, Ortens, Mymos, Rosey et Franc-Passage

La politique de Beysil est basée sur un consulat d'élus nommés ministres. Il existe une dizaine de ministres, dont sept sont destinés à couvrir des périmètres spécifiques propre au territoire : es guildes, l'économie, l'armée, les relations politiques, le peuple, les ressources et le culte. À ceci s'ajoute deux ministres nommés ministre d'Orient et ministre d'Occident, le premier ayant pour but d'administrer toute la partie urbanisée de Beysil, l'autre ayant pour but d'entretenir une bonne relation avec leur voisin de la forêt sacrée. Et enfin à tout ceci, s'ajoute le premier ministre qui non content d'avoir un droit de veto et un droit de décision dans tous les domaines déjà couverts par ses condisciples, a également pour but de représenter Beysil à l'international principalement à Félénis.

La route commerciale principale passe par la ville de Sylve, prennant ensuite le tunnel dans les montagnes au sud pour rejoindre la ville d'Ortens, et redescendre vers les autres pays par Franc-Passage, une ville centrale dans l'économie du continent de Lothran, car c'est une plaque tournante entre Qvill, Velum, et Beysil.

Tulis est un petit village de fermiers qui tente de cohabiter avec les coutumes de la forêt. Le village portuaire de Mymos sert principalement à la pêche locale et est une ville à moitié ondine. Elle envoie une partie de sa pèche à la ville de Rosey, ville minière qui puise des matériaux rares dans la crique très rocailleuse au sud du pays.

La ville d'Ortens est en quelque sorte une ville diplomatique entre Jalarra et Sylve, des émissaires des deux pays s'y rendant fréquement afin de faire le point sur le respect de part et d'autres des clauses du traité. Cette ville marque la frontière obligatoire à passer pour entrer dans la forêt d'Akhil ou remonter vers Sylve.